Aujourd’hui, vendredi 20 janvier 2017, est un grand jour pour les Etats-Unis avec l’investiture du Président Donald Trump, 45ème président des États-Unis, à la Maison Blanche

Oui, cela fait bizarre de dire “Président Donald Trump” après 8 années de Barack Obama.

Elle me semble loin cette date du 20 janvier 2009, date de l’investiture du président Barack Obama.

Je m’en souviens parfaitement, j’étais au dernier étage de BETC, devant le grand écran à regarder les larmes aux yeux ce moment historique.

Je venais de passer 5 mois à Washington D.C. et avait vécu en direct les résultats de l’élection sur le campus de l’American University. C’était un grand jour pour les États-Unis (en pleine crise financière) et une explosion de joie et de soulagement autour de moi.

Mais ça, c’était en 2008, et aujourd’hui, le 20 janvier 2017, c’est Donald Trump qui va devenir le président des Etats-Unis.

Et cela risque d’être un changement radical (même si j’espère au fond de moi qu’il ne pourra pas faire grand chose…).

Et alors, comment est-ce-que ce jour spécial est vécu à New York ?  Quelle est l’ambiance ici ?

Nous sommes arrivés au moment de l’élection, et il faut dire que, à part le jour des résultats qui ont été un choc pour une partie des Américains (une bonne moitié quand même), la vie suit son cours ici.

Le dollar est de plus en plus fort (ou l’euro de plus en plus bas, je n’y connais pas grand chose en bourse…), les entreprises continuent à recruter, chacun vaque à ses occupations comme d’habitude.

Bien sûr, nous croisons régulièrement des manifestations “anti-Trump”. Rien qu’hier soir, nous mangions tranquillement un burger chez TGI Fridays (que je déconseille en passant) sur la 7e avenue, et nous avons entendu un brouhaha dans la rue et une vingtaine de personnes sont passées devant le restaurant et ont commencé à taper sur les vitres : la télé était allumée sur CNN et retransmettait le discours de Donald Trump…

Ils ont éteint la TV.

La Trump Tower sur la 5e avenue est contrôlée par des policiers depuis la victoire de Trump aux élections.

trumptower-stop

Et des milliers de personnes s’organisent aux États-Unis pour résister à leur manière.

J’espère du fond du coeur que leurs actions seront efficaces et formeront un réel contre-pouvoir.

En attendant, je suis sur les réseaux sociaux et les sites de news les dernières nouvelles : #inaugurationday2017, #inauguration, #Trumpinauguration, @realdonaldtrump.

J’ai même reçu (comme tout le monde j’imagine) un mail de Twitter : « watch the 2017 Inauguration LIVE on Twitter” avec le #DayOne.

La Une de tous les journaux est sur Donald Trump : « Trump’s Time », « The handover begins », « Don of a new day ».

Mais autant le dire, je ne suis pas passionnée de politique, loin de là. C’est plutôt la manière dont les gens vivent cet événement qui m’intéresse.

Nous ne connaissons pas beaucoup d’américains ici, mais le peu que nous avons vu sont assez désintéressés de la politique, et attendent de voir ce qu’il va vraiment faire.

Et surtout, on se rend compte que ce n’est pas si blanc ou si noir.

Les gens voulaient un changement radical et Hillary Clinton ne le représentait pas. Et Donald Trump représentait ce changement, malgré les stupidités qu’il raconte tous les jours, sa misogynie, ses douteux succès en business, sa fortune héritée de son père. C’est un personnage public et non politique, star de l’émission de télé-réalité The Apprentice, multi-millionnaire, qui a des buildings à son nom, et ça fait rêver les Américains.

On a du mal à comprendre en tant que français, mais c’est comme ça et le c’est le choix qu’ils ont fait le 8 novembre 2016.

Nous sommes en démocratie donc il faut respecter ce choix.

De notre point de vue de français et d’expatriés, nous ne sommes pas encore impactés. Et tant que nous travaillons et rapportons de l’argent, tout ira bien.

Alors oui, d’ici un an il risque d’y avoir des restrictions de visa, et de toute façon il va faire fuir les gens (on a constaté une augmentation des demandes vers le Canada). Mais pour l’instant, nous apprenons régulièrement que de nouveaux français arrivent à NYC.

La crise est terminée est le marché de l’emploi est en bonne santé (et ça Trump n’y est pour rien), c’est ce qui compte pour le quotidien des gens ici : avoir un boulot, pouvoir payer le crédit de sa maison, le crédit des études de ses enfants.

Car on oublie qu’en France les études des enfants sont quasiment gratuites (quelques centaines d’euros par an et un bon système d’éducation) alors qu’ici il faut débourser des dizaines de milliers de dollars par an pour scolariser son enfant “correctement”, vu le niveau de certaines écoles publiques. Et nous ne parlons pas des universités qui peuvent coûter plus de 100 000 dollar par an. Ici, on ne part pas à la retraite tant que les études des enfants ne sont pas remboursées.

Donc nous ne pouvons pas comparer nos systèmes, ici l’argent compte pour beaucoup, et un homme qui en a beaucoup (peu importe d’où cet argent vient) force le respect et est un modèle pour certains américains. Ils y voient l’espoir de devenir riche aussi, l’American Dream finalement.

Nous ne pouvons pas nous permettre de les juger, maintenant j’espère que leur choix ne va pas entraîner le pays vers le bas et inverser la dynamique dans laquelle les États-Unis étaient.

En y habitant, nous vivrons certains changement “en live”, en espérant qu’ils ne soient pas trop radicaux et que ce pays saura sortir le meilleur de cette nouvelle situation politique…

Maintenant, place à l’Inauguration Day et advienne que pourra !

A bientôt !

Marie

Publicités